CPME13 : Réaction de la CPME aux annonces gouvernementales sur la formation

www.cpme-13.fr

Réaction de la CPME aux annonces gouvernementales sur la formation

La CPME a contribué à l'élaboration de l'ANI portant réforme de la formation professionnelle. Ce texte qui favorisera une meilleure articulation entre les besoins des individus, des entreprises et des territoires permettra de mieux anticiper les grandes mutations à venir. Autre point à souligner la co-construction des projets professionnels entre salariés (via leur CPF) et entreprises, sera encouragée. Enfin, et il s'agit là d'un élément essentiel pour la Confédération des PME, la mutualisation du financement entre grandes et petites entreprises est renforcée.

 

Il convient également de rappeler que cet accord a bien été élaboré en fonction de la feuille de route fixée par le gouvernement ...

Pour autant, et dans une période de pénurie de compétences, la CPME ne souhaite pas polémiquer et privilégie plus que jamais l'intérêt des entreprises et des salariés.

 

Dans ce contexte, concentrer la mission des "futurs opérateurs de compétences", comme l'a annoncé la Ministre du Travail, sur les besoins des entreprises et des salariés est un objectif louable, sous réserve de ne pas recréer une usine à gaz avec l'URSSAF d'un côté et les acteurs de la formation de l'autre. Le risque est de revivre ce que l'on a pu connaître lors de la mise en place du RSI ... et la CPME ne peut que mettre en garde le gouvernement sur une telle décision.

Par ailleurs, si la monétisation du Compte Personnel de Formation (CPF) pourrait effectivement permettre aux salariés de mieux appréhender leurs droits, il serait souhaitable que l'on donne de la même façon à chaque employeur les moyens de connaître précisément ses capacités financières et les offres existantes pour former ses salariés.

 

Quant à la simplification de la gouvernance ou à la meilleure évaluation de la qualité des formations, la CPME l'appelle de ses vœux depuis longtemps, sous réserve que cela se fasse dans le respect des prérogatives des partenaires sociaux.

 

À cet égard, il est impératif que les représentants des entreprises et de leurs salariés soient étroitement associés à la mise en œuvre des réformes annoncées. À défaut le risque est bien réel de passer d'un système certes complexe, à un dispositif technocratique, éloigné de la réalité du monde de l'entreprise.

 

08/03/2018

Retour Nous contacter

Les prochains évènements

Annonces