CPME13 : Economie de proximité et centres-villes, la CPME13 sonne l’alarme

www.cpme-13.fr

Economie de proximité et centres-villes, la CPME13 sonne l’alarme

La CPME13 le dit et le répète : il y a urgence sur la question de la désertification des centres-villes. Des mesures concrètes doivent être mises en place pour contrer ce déclin constaté partout en France et spécialement sur le département du 13. Faire revivre nos centres-villes, nos villages et nos quartiers, c’est recréer du lien, de la qualité de vie, du dynamisme économique… et donc de l’emploi.

 

Nicole Richard-Verspieren, Vice-présidente de la CPME13 et de la CCI Marseille-Provence, déléguée au commerce justement, en a fait sa priorité. Elle rappelait le 7 septembre dernier lors de la conférence de presse de rentrée de la CPME13 l’urgence de la situation et le besoin de coordination différents acteurs.

« Pour qu’il y ait des clients, il faut certes ouvrir nos commerces mais il faut aussi des moyens de transports réguliers, des tarifs de parking attractifs, une ville propre et une communication d’ampleur », rappelait-elle lorsqu’on abordait la possible solution de l’ouverture dominicale.

La CPME13 par la voix de son Président, Alain Gargani, fait sienne ces préoccupations comme celle de l’installation d’une Zone Franche Urbaine en centre-ville.

 

Bientôt des Etats généraux

C’est un sujet au long court qui nécessitera la mobilisation de tous les acteurs politique et économique tant localement qu’au plan national.

Dans ce sens, la CPME nationale propose l’organisation d’Etats généraux du centre-ville. Vivement préoccupée par la désertification galopante des centres-villes en France, la CPME a adressé fin août une lettre ouverte au Président de la République et au Premier Ministre afin que soient organisés des Etats généraux du centre-ville, avec l’ensemble des parties prenantes que sont les ministères de l'Economie, de l'Education nationale et de la Cohésion des territoires, les élus et les acteurs impactés, dont la CPME. 

 

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : entre 2001 et 2015, 87% des centres-villes ont vu leur vacance commerciale augmenter.  En 2015, la vacance moyenne du parc de locaux commerciaux s’élève à 9.5%, montant à 11,1% dans les cœurs d'agglomérations de moins de 50 000 habitants.
Le rapport d’information n°676 du Sénat sur la revitalisation des centres-villes et des centres-bourgs, publié le 20 juillet 2017, confirme ce contexte de dégradation.

 

La CPME, qui défend la dimension humaine puisée dans son terreau de TPE/PME où les relations interpersonnelles sont directes, estime qu’au-delà des seules conséquences sur les entrepreneurs et leur commerce, il s’agit véritablement d’une question de société.  Les répercussions inquiétantes de ce phénomène sur le tissu social sont d'une part le défaut d’entretien et la perte de valeur du bâti causés par le départ des classes moyennes des centres-villes et d'autre part la désertion des établissements scolaires confrontés à une ghettoïsation diffuse.

 

Moins de commerces, moins de ressources, moins de diversité, c’est une véritable perte d’attractivité économique pour les villes, insiste la CPME qui propose des solutions innovantes et urgentes dans le décloisonnement des acteurs et des dispositifs, dans la mobilisation concertée des uns et des autres sur des objectifs identifiés et des mesures fortes aux résultats quantifiables.

 

D’autres s’emparent également du sujet comme l’association « Centre-ville en mouvement » qui demande que la revitalisation des centres-villes soit déclarée « Grande cause nationale 2018 ».

 

15/09/2017

Retour Nous contacter