CPME13 : Désertification des centres-villes : "Marseille est la grande ville française qui en souffre le plus"

www.cpme-13.fr

Désertification des centres-villes : "Marseille est la grande ville française qui en souffre le plus"

Les Assises de la revitalisation économique et commerciale des centres-villes viennent de s'achever. Des cœurs de ville menacés de désertification et qui se vident peu à peu de leurs commerces et de leurs clients, au profit des centres commerciaux à la périphérie des villes : la CPME ne peut l’accepter. 

Les causes sont multiples : facteurs sociaux, économiques, prix des parkings, augmentation des loyers, retrait des services publics. Si ce phénomène surprenant touche la plupart des villes de taille moyenne, il frappe aussi Marseille.

 

Marseille ressemble davantage à une ville de 50 000 habitants

Pour le journaliste Olivier Razemon, auteur du livre "Comment la France a tué ses villes", Marseille est un cas à part : « Effectivement, Toulouse, Strasbourg ou Bordeaux sont moins touchées par la désertification. Marseille est un peu l'exception dans les grandes villes en France. Du point de vue de la vacance commerciale d'une part mais aussi du point de vue de la vacance de logement. »

Pour le journaliste, le phénomène s'explique par de multiples causes : « l'étalement urbain permanent que l'on connait depuis une cinquantaine d'années et qui conduit notamment les grands distributeurs à construire de très nombreux centres commerciaux périphériques et ça continue ! Sans aucune commune mesure avec les besoins de consommation. Et encore plus dans les Bouches-du-Rhône qu'ailleurs. Quand tout se retrouve à l'extérieur, les gens restent à l'extérieur pour le travail, le logement, les loisirs et le commerce. La vie se fait en dehors de la ville ».

 

200 000 habitants dans le centre-ville : l'atout marseillais

Il résume et conclut : "il faut mettre en place un espace public de qualité attractif, avoir envie de profiter de la ville, la découvrir, s'y promener". Amélioration des transports, le nombre élevé d'habitants dans le centre-ville (200 000) - premiers consommateurs - à ne pas négliger, faciliter le déplacement des piétons (trottoirs, poussettes, etc.), des pistes d’actions à mettre en place donc, de toute urgence.

C’est dans cette logique que les mairies du 1er et 7e arrondissement ont mis en place les « Dimanches de la Canebière ». Tous les derniers dimanches du mois, la célèbre artère est piétonnisée, et de nombreuses activités sont proposées aux participants. De quoi assurément redynamiser le commerce de proximité, ce dernier concurrencé par toujours plus de création de centres commerciaux pour lesquels la CPME13 s’oppose farouchement.

Retour Nous contacter